Origine de la cause des causes

543127_507146306035962_1483921685_n

.

.

 » Dans sa vidéo « Trouver la cause des causes », Etienne Chouard démontre comment il en arrive à souhaiter l’établissement d’une nouvelle Constitution, écrite par le peuple plutôt que par les gouvernants (juges et partie). Il explique l’importance de la démarche préalable consistant à aller trouver la cause des causes. Pourtant, son raisonnement est pris dans un paradigme qui présuppose l’obligation pour un peuple de déléguer son pouvoir à des autorités. Est-ce vraiment une obligation ? La majorité des cultures sur la Terre ont pourtant fait autrement. Et si Jean-Jacques Rousseau avait cerné l’origine de la cause des causes de tous les troubles de notre société ? Et si nous osions aller jusque là ? Car sinon, comment imposer quoique ce soit à un pouvoir en place, à moins de disposer d’un pouvoir concret plus puissant et lequel ? « 

.

.

Les 18 exercices du Tai Ji Qi Gong

b6c77cf483bc9f641ee7adb310db4867

.

.

 » Le Taiji Qigong Shibashi fait officiellement partie du curriculum des universités de médecine chinoise de Chine. Il est également promu en tant qu’exercice de santé par les gouvernements d’Indonésie, de Malaisie, de Singapour et de Thaïlande. Le Département des Programmes de Développement des Nations Unies a émis en 1991 une recommandation pour la promotion du Taiji Qigong Shibashi. « 

.

Le Taiji Qigong Shibashi repose sur des règles simples :

❍ les mouvements sont lents et fluides,

❍ l’inspiration se fait par le nez, l’expiration par la bouche,

❍ le rythme respiratoire est synchronisé aux mouvements, 

❍ les mouvements du corps déterminent l’endroit ou l’énergie circule,

❍ l’esprit se concentre sur le mouvement du corps et/ou sur l’image évoquée par le nom du mouvement,

❍ le mouvement du corps dirige le Qi, la respiration le régule, la pensée l’observe.

 .

Source : http://www.shibashicanada.com/fr/taiji-qigong/shibashi.html

.

.

.

.

Monaco-Shaolin-montagna

Morihei Ueshiba : L’Art de la paix – Enseignements du fondateur de l’aïkido

 

L’Art de la paix : Enseignements du fondateur de l’aïkido est un livre de John Stevens qui retranscrit des paroles écrites ou dites par le fondateur de l’aïkido, Morihei Ueshiba. Bien qu’écrit par le fondateur de l’aïkido, ce livre n’y fait jamais allusion spécifiquement et textuellement, mais l’aïkido y est abordé et décrit sous l’acronyme Art de la paix. Ce livre constitue un pannel des pensées du fondateur afin de mieux comprendre la pratique mentale et spirituelle de l’aïkido plutôt qu’un ensemble technique.

—-

Cet univers est composé de différentes parties, et pourtant il forme un tout uni. (…)

« Un jour je me séchais près du puit. Soudain, une cascade de lumières dorées et aveuglantes tombait du ciel et enveloppait mon corps. Puis mon corps devint instantanément de plus en plus grand, jusqu’à atteindre la taille de tout l’univers. Alors que j’étais submergé par cette expérience, j’ai compris soudain qu’on ne devrait pas penser à essayer de vaincre. La forme du Budo doit être amour. On devrait vivre dans l’amour. C’est cela l’Aïkido et c’est aussi l’ancienne forme de posture en Kenjitsu. Après cette révélation j’étais submergé par la joie et ne pouvais pas retenir mes larmes. »

A l’âge de 42 ans quelques instants après avoir défait, à mains nues, l’un des meilleurs sabreurs de sa génération en esquivant tous ses coups, il venait de se rendre à son jardin pour se reposer :

« Soudain, la terre se mit à trembler. Une vapeur dorée s’exhuma du sol et m’enveloppa . En un instant je compris la nature de la création : la Voie du Guerrier est de manifester l’Amour divin, l’esprit qui embrasse et nourrit toutes choses. Des larmes de joie et de gratitude se mirent à rouler sur mes joues. Je vis la terre entière comme ma maison, et le soleil, la lune et les étoiles comme des amis intimes. Tout attachement aux choses terrestres s’évanouit instantanément. »

Une seconde vision tout aussi étonnante le surprit en pleine nuit au mois de décembre 1940 :

« Aux environs de deux heures du matin, alors que je procédais aux rituels de purification, j’ai soudain oublié toutes les techniques martiales que j’avais apprises. Toutes les techniques enseignées par mes maîtres m’apparurent sous un jour totalement neuf. Elles devenaient maintenant des moyens pour cultiver la vie, la connaissance, la vertu et le bon sens, et non plus des moyens de projeter et d’immobiliser les autres. »

Enfin, en 1942, au coeur d’une des périodes les plus sombres de l’histoire de l’humanité, Morihei eut la vision d’un Grand Esprit Pacifique, d’un chemin qui pouvait conduire à la réconciliation de l’humanité et à l’élimination de toute forme d’assaut :

« La Voie du Guerrier a été comprise comme moyen de tuer et de détruire. Ceux qui recherchent la compétition commettent une grave erreur. Frapper, blesser, ou détruire est le plus grave péché que puisse commettre un être humain. La véritable Voie du Guerrier est de prévenir le meurtre, c’est l’Art de la Paix et le pouvoir de l’Amour. »

Morihei se retira pour plusieurs années dans une modeste demeure de campagne et dévoua le reste de sa vie à la mise au point et à la diffusion de l’Aïkido comme Art de la Paix.

Image59

Paroles de MORIHEI UESHIBA

L’Art de la Paix commence avec vous.
Travaillez sur vous-même et votre mission désignée, l’Art de la Paix.
Chacun possède un esprit qui peut être affiné, un corps qui peut être entraîné de bien des manières, un chemin convenable à suivre. Vous êtes ici pour nul autre propos que de réaliser votre divinité intérieur et de manifester votre illumination innée.
Cultivez la paix dans votre vie et appliquez-la vers tous ceux que vous rencontrez.

» En Aïkido, l’entraînement n’est pas fait pour devenir plus fort ou vaincre l’adversaire. Non. Il aide à avoir l’esprit de se mettre au centre de l’Univers et de contribuer à la paix mondiale, de faire que tous les êtres humains forment une grande famille. »

» Le but de l’Aïkido est de nous mettre en harmonie avec l’univers et de faire de nous un élément intégré à cet univers. Ceux qui ont atteint cette unité ont l’univers en eux-mêmes. Si je suis les lois de la nature, quiconque m’attaque, attaque la nature.  »

» L’Aïkido est pour moi, la base de tous mes actes, plus qu’un Art Martial, une philosophie de vie…  »

« Combattre ! Vaincre ! Dominer ! A quoi cela sert-il ? Gagner aujourd’hui signifie perdre demain ! Quelles valeurs peuvent donc avoir les Arts Martiaux ? La puissance physique qui fait de vous un champion du moment n’est qu’éphémère et bientôt un autre vous surpassera ! Toutes les victoires sont relatives ! Aux yeux de la Nature, être victorieux ou vaincu dans le monde des humains demeure sans valeur, à l’image du flux et de reflux de l’océan. Quelle signification peut avoir la domination des autres si nous ne sommes pas capables de nous dominer nous-mêmes ?Mais qu’y a-t-il au-delà ? »

» Le ciel est là où vous êtes, et c’est le lieu où vous vous entraînez.  »

» La Voie du Guerrier est d’arrêter les troubles avant qu’ils ne commencent. Elle consiste à vaincre les adversaires spirituellement, en leur faisant réaliser la folie de leur action. La Voie du Guerrier est d’établir l’Harmonie.  »

» Nous devons chasser les démons avec la sincérité de notre souffle et non avec une épée.  »

« Nul n’a besoin de maison, d’argent, de pouvoir ou de statut pour pratiquer l’Art de la Paix. Le ciel est juste à l’endroit où vous vous trouvez, et c’est la place à préserver. »

« Si vous n’êtes pas relié au vide véritable jamais vous ne comprendrez l’Art de la Paix. »

« Dès que vous vous sentez concerné par le « bien » et le « mal » de vos semblables, vous créez une ouverture qui permet à la malice de rentrer dans votre cour. Tester, défier et concurrencer les autres vous affaiblira, vous conduira à la défaite. »

« L’Art de la Paix n’est pas facile. C’est un combat sans merci, une lutte contre les désirs maléfiques et toutes les faussetés qui les accompagnent. En certaines occasions, la Voix de la Paix résonne comme le tonnerre, tirant les êtres humains de leur stupeur. »

« Pour une pratique adéquate de l’Art de la Paix, vous devez : calmer l’esprit et retourner à la source. Nettoyer le corps et l’esprit en enlevant l’égoïsme, la malice et le désir. Rester toujours reconnaissant pour les bienfaits reçus de l’univers, de votre famille, de Mère Nature et des êtres qui vous entourent. »

« L’Art de la Paix est basé sur 4 grandes vertus : la bravoure, la sagesse, l’amour et l’amitié, symbolisées par le feu, le ciel, la terre et l’eau. »

« La loyauté et la dévotion conduisent à la bravoure. La bravoure conduit à l’esprit du sacrifice de soi. L’esprit du sacrifice de soi mène à la confiance dans le pouvoir de l’amour. »

« L’Art de la Paix ne doit pas reposer sur les armes et la force brutale pour triompher ; au lieu de cela, nous devons nous mettre en harmonie avec l’univers, maintenir la paix dans notre environnement, nourrir la vie et prévenir la mort et la destruction. La véritable signification du mot samouraï est celui qui sert et qui adhère au pouvoir de l’amour. »

« Pratiquons avec sincérité l’Art de la Paix et les pensées mauvaises, les actions négatives disparaîtront naturellement. Le seul désir qui doit subsister est celui d’une soif toujours grande d’entraînement dans la Voie. »

« Jour après jour, entraîner son cour, peaufiner sa technique, utiliser l’Unité pour frapper la multitude ! Telle est la discipline du Guerrier. »

« L’objectif de l’entraînement est de réduire la lenteur, de renforcer le corps et de polir l’esprit. »

« Le fer est plein d’impuretés qui l’affaiblissent. En le forgeant il se transforme en acier et devient un sabre tranchant comme le rasoir. L’être humain doit se développer de la même façon. »

« La voie du Guerrier est basée sur l’humanité, l’amour et la sincérité, le cour de la valeur martiale est la vraie bravoure, la sagesse, l’amour et l’amitié. Insister sur les aspects physiques de l’état du guerrier n’est que futilité, car le pouvoir du corps est toujours limité. »

« Blesser un adversaire, c’est se blesser soi-même. Contrôler une agression sans infliger de blessure, c’est l’Art de la Paix. »

« Ne regardez pas ce monde avec peur et dédain. Avancez bravement quels que soient les présents des dieux. »

« Chaque jour de la vie humaine contient de la joie et de la colère, de la peine et du plaisir, l’ombre et la lumière croissent et décroissent. Chaque moment est conçu par le grand dessein de la nature. N’essayez pas de nier ou de contrer l’ordre cosmique des choses. »

« Soyez reconnaissant envers les difficultés, les retours en arrière et les mauvaises personnes. Gérer de tels obstacles est une part essentielle de l’entraînement dans l’Art de la Paix. »

« L’échec est la clé du succès ; chaque erreur nous apprend quelque chose. »

« L’Art de la Paix, c’est de remplir ce qui est vide. »

« Lors de l’entraînement, ne soyez pas dans l’urgence. Un minimum de dix années est nécessaire pour maîtriser les bases et avancer dans le premier niveau. Ne vous imaginez pas posséder toute la connaissance dans le costume du maître parfait. Vous devez continuer à vous entraîner quotidiennement avec vos amis et vos élèves pour progresser ensemble dans l’Art de la Paix. »

« Les progrès viennent à ceux qui s’entraînent encore et encore. Vous reposer sur des techniques secrètes ne vous conduira nulle part. »

« L’Art de la Paix peut être résumé ainsi : la vraie victoire est la victoire sur soi : laissons ce jour arriver rapidement ! « Vraie victoire » signifie courage inflexible ; « victoire sur soi » symbolise un effort continu ; et « laissons ce jour arriver rapidement » représente le glorieux moment de triomphe ici et maintenant. »

« Eloignez les pensées restrictives et retournez au vide véritable. Tenez-vous au milieu du Grand Vide. Ceci est le secret de la Voie du Guerrier. »

« Le succès de l’art de la paix ne repose pas sur les armes ou la force brute, mais il s’agit plutôt de se mettre au diapason de l’univers en maintenant la paix autour de soi, en nourrissant la vie et en cherchant à éviter la mort et la destruction. Le véritable sens du mot « samurai » est : celui qui sert et s’engage par le pouvoir de l’amour. »

.

Source de l’article : http://newsoftomorrow.org/esoterisme/traditions-orientales/morihei-ueshiba-lart-de-la-paix-enseignements-du-fondateur-de-laikido

.

.

John Chang – Le Mage de Java

13276109_f520

.

.

 » Un mystérieux Indonésien soigne ses patients grâce à l’électricité dégagée par son corps. Un véritable mage aux techniques et aux capacités hors du commun.

John Chang, aussi connu sous le nom de Mage de Java ou l’homme-anguille électrique, est un guérisseur indonésien mystérieux qui possède un pouvoir incroyable nommé nei kung. Selon le site Internet Oddity Central, cet homme extraordinaire a d’abord été présenté au monde dans un documentaire primé, L’Anneau de Feu, réalisé par les frères Lawrence et Lorne Blair.

Demandant à ce que son identité soit protégée, il a été surnommé »la Dynamo Jack » à cause du courant d’énergie assez étonnant qu’il pouvait produire avec son corps. Dans ce documentaire il a montré au monde comment il utilise ce mystérieux pouvoir appelé Chi pour guérir ses patients. Il envoie des impulsions électriques dans leurs corps et traite même Lorne pour son infection de l’œil. Tout qu’il a eu besoin de faire était de toucher certains endroits du corps d’une personne et l’électricité est passée en eux. La pratique de cette technique étant parfois incontrôlable, il a toutefois besoin d’un assistant pour tenir le corps du patient.

Un nouveau film dans les années 90
Pendant le tournage, un des ingénieurs du son a semblé sceptique des pouvoirs du guérisseur. Conséquence, le Mage de Java a déboutonné ses pantalons et lui a demandé de toucher son ventre, directement entre son bassin et nombril. Il a alors immédiatement senti la sensation électrique et a été convaincu. Après la séquence du film où il montre ses pouvoirs au grand public, John Chang a refusé tout contact futur avec quelqu’un voulant se renseigner sur ses capacités étonnantes. Les années ont passé depuis la sortie du documentaire dans les années 1980. Le monde l’a progressivement oublié, lui et son mystérieux pouvoir.

Ce n’est qu’en 1997 que Lawrence Blair est entré en contact avec John Chang, de manière totalement impromptue. L’homme-anguille électrique l’a appelé d’Indonésie pour lui raconter une histoire. Il était revenu d’un voyage spirituel de deux ans dans le cœur de Bornéo et une de ses révélations était le constat d’un monde changeant, où les peuples ont tout oublié des anciennes coutumes. Il a donc fait appel à Blair et lui a demandé de faire un film sur lui pour montrer au monde qu’il existe un pouvoir en chacun d’entre nous et qu’il n’y a rien de différent en lui, sauf sa longue méditation et formation.

Les scientifiques n’ont pas pu prouver son pouvoir
Pour ce film là, Blair a fait appel à des scientifiques pour prouver que les pouvoirs de John Chang n’avaient rien de factice. Le guérisseur a été soumis à une série de tests en utilisant un détecteur de métaux et un voltmètre. Mais l’énergie de cet Indonésien réside en Chi, le produit du ying et du yang.

Donc les scientifiques n’ont donc rien trouvé d’anormal, et n’ont pas pu prouver l’électricité de l’homme.

Après la fin des tests, John Chang a invité l’équipe du tournage à voir un autre de ces dons, et a percé une table avec des baguettes chinoises. Seulement, un éclat du meuble a blessé un des invités entre les yeux. Cet accident, sans gravité, a néanmoins amené l’homme à réfléchir. Le lendemain, il a alors annoncé à Blair et à son équipe qu’il avait transgressé une des règles de sa croyance : ne jamais montrer ses pouvoirs en public et ne pas faire couler le sang. Suite à cet événement, il a décidé de ne plus jamais exhiber ses pouvoirs. « 

.

Sources :  

.

.

Le pouvoir mystérieux des moines Shaolin

shaolin-monks-tomasz-gudzowaty-training-010b631bef1fc314d7ee6ad1be8b6376-large-1242440

.

.

 » Ce film passionnant retrace l’histoire du premier monastère zen, fondé en Chine il y a mille cinq cents ans. Il est aujourd’hui un centre de bouddhisme zen, avec une école de kung-fu réservée aux femmes.
Pour la première fois, le monastère de Yongtai ouvre ses portes, et nous révèle l’enseignement et les techniques des nonnes guerrières chinoises, adeptes du kung-fu. Il nous dévoile leurs combats contre les moines, avec en toile de fond, leur soif de reconnaissance et d’égalité. « 

.

.

.

.

Le Maitre Shi De Jian : https://www.youtube.com/watch?v=TPgHAGOM4js&feature=youtu.be

.

.

shaoyongtai

La voie du Tao

.

Une française moine taoïste en Chine nous explique la philosophie et la spiritualité taoïste.  Qu’est-ce que le Qi pour les Chinois ? Est-ce l’énergie interne du corps, le souffle vital ? 

Dans le taoïsme, qu’est-ce qui relie la montagne, le temple et le corps humain ? Le taoïsme vénère la Nature. Il cherche l’union de celle-ci avec le corps humain. Ainsi dans ce temple, ou que l’on soit, on sent l’abondance du Qi qui émane du sol.

Aujourd’hui, scientifiquement, on parlerait de champs magnétiques. […] En vivant ici, nous absorbons l’union harmonieuse des Qi du Ciel et de la Terre : le Ciel, la Terre et l’Homme sont Un. L’Un c’est le Tao. Imprégnés de ce Qi, quelques exercices suffisent pour renforcer le flux vital. Médecine traditionnelle chinoise, exercices physiques, cultes des Immortels.

.

.

Henri Monfort – L’état pranique

.

Bretariens, respiriens, êtres praniques nourriture pranique: selon certaines personnes, le corps humain peut être nourri par d’autres formes d’énergie, ainsi que par la nourriture. Dans cette interview Henri Monfort raconte son point de vue personnel. Avec cette vidéo Veggie Channel vise à informer un phénomène qui à ce jour n’a pas encore fait l’objet d’aucune étude scientifique valable. Les déclarations faites dans cette interview doit donc être compris que comme une opinion personnelle du sujet interrogée.

.

.

.

.

Albert Jacquard – Toute compétition est un suicide

1472973_763899476959794_1111427584_n

.

.

.

« On est entrain de courir le plus vite possible dans la pire des directions : la direction de la compétition, la direction de la destruction des uns par les autres […] pour devenir moi, j’ai besoin du regard de l’autre, j’ai besoin de tisser des liens avec lui. Dès que je suis en compétition avec lui, je ne tisse plus de lien et par conséquent je suis entrain de me suicider […] toute compétition est un suicide «

« Le pire de tout, c’est d’avoir fait des écoles, des lieux où on est en compétition les uns contre les autres »

Albert Jacquard émission de 1994

.

.

.

https://vivremieuxavecmoins.wordpress.com/2013/11/30/albert-jacquard-toute-competition-est-un-suicide/

.

.

Y a-t-il une vie avant la mort ?

541627_496160987097381_1483386517_n

.

 » L’être humain perd sa santé à gagner de l’argent et par la suite, il perd son argent à se refaire une santé. Il pense au futur, au point d’oublier le présent, de sorte qu’il ne vit ni dans le présent, ni dans le futur. Finalement, il vit comme s’il n’allait jamais mourir et il meurt comme s’il n’avait jamais vécu. »

.