La maison autonome : quand écologie rime avec liberté

la-maison-autonome-1108x831

La maison autonome : quand écologie rime avec liberté

 

Au Nord de Nantes, la famille Baronnet prouve depuis 40 ans que l’on peut vivre d’amour, d’eau de pluie et de rayons du soleil. Bienvenue au éco-hameau autonome du Ruisseau.

L’histoire pourrait débuter ainsi : « Nous sommes en 2015. L’état a la main mise sur tous les Français… Tous ? Non ! Un petit hameau d’irréductibles écologistes résiste encore et toujours… »

Ce petit hameau, c’est l’antre de Brigitte et Patrick Baronnet qui avec leurs 4 enfants vivent avec 700 euros par mois sans factures d’eau ni d’électricité depuis 40 ans. Des ermites ? Non, des rêveurs pragmatiques qui placent la quête de l’autonomie au coeur de leur vie.

Patrick, toujours aussi passionné.

Commençons par le commencement. Nous sommes en mai 68. Les Baronnet prennent conscience “que les partis politiques ne changeront pas le monde. » S’ils veulent le faire bouger de leur côté, ils doivent miser sur l’autonomie. Ils décident ensemble de prendre leur vie en main, pour ne plus vivre par procuration.

Sur le papier c’est toujours plus facile à écrire, dans la réalité, il leur faut d’abord quitter Paris, leur ville natale. Nous sommes en 1976, Patrick vient de terminer ses études et s’apprête à enseigner. Il choisit de poser son cartable en Loire-Atlantique et, avec sa femme, s’installe à Chateaubriant. En arrivant, les deux jeunes mariés réalisent que pour atteindre leur but d’autonomie, ils doivent devenir propriétaires. Ils prospectent alors dans la campagne pour trouver un bien à acheter. Pour 6000€, ils dénichent la petite maison au milieu des champs où ils vivent encore aujourd’hui.

 

Le garde manger de la maison.

 

Dans les années 70, l’heure n’est pas à l’écologie. Brigitte et Patrick passent alors pour de doux allumés. Les paysans voisins ne leur donnent pas 7 ans avant de rejoindre les faubourgs parisiens. Pourtant le couple fait son petit bonhomme de chemin. Pendant 20 ans, ils tentent de s’affranchir “des faux besoins” et de trouver ce qui leur est le plus indispensable pour vivre : boire, manger, se chauffer, habiter, s’entraider… C’est ainsi qu’ils restaurent leur petite maison en la transformant en maison autonome, un véritable modèle écologique. Pour cela Patrick a inventé des techniques remarquables.

 

“J’ai la conscience libérée du poids d’être complice des pollutions et du gaspillage, en proposant une alternative crédible. » Patrick

 

Comment ça fonctionne une maison autonome ? Avec  le vent, la pluie, le soleil et la terre !  Les Baronnet ne reçoivent plus de factures d’eau depuis qu’ils ont enterré deux cuves en béton de 4000 litres dans leur jardin. L’eau de pluie glisse sur les toits et atterrit dans les cuves. Pour être totalement autonome en eau, il leur faut aussi réduire leur consommation ! Les Français consomment en moyenne 130 litres d’eau par jour et par personne, Brigitte et Patrick seulement 20 litres. Comment ? Grâce aux toilettes sèches. “Quand on sait que 25% à 30% de la consommation d’eau potable des ménages passe par les W.C, il n’y a pas de secret”.

Le but de ces toilettes est aussi de créer du bon compost. “On réintroduit nos déjections dans l’écosystème agricole, dans l’idée de créer un  cycle : on se nourrit, on nourrit la terre qui elle même nous nourrit… »

 

6m2 de photopiles.

Ici, on ne connaît pas plus les factures d’électricité ! Patrick et Brigitte se sont débarrassés de tout ce qui était trop énergivore et ont revu leur équipement en fonction de leurs besoins. Frigidaire et congélateur sont bannis de la maison depuis bien longtemps. La famille utilise un garde-manger dans une pièce fraiche ou dehors suivant la saison. Végétariens, ils vont directement chercher leurs légumes au potager ou mangent des légumes déshydratés ou lacto-fermentés.

Pour l’éclairage, les ampoules à led permettent de ne quasiment pas consommer d’énergie. Quant à l’eau elle est chauffée avec un bouilleur d’âtre en hiver et avec le chauffe-eau solaire en été.

 

Les serres captent la chaleur.

Enfin, pour se chauffer, le couple a favorisé une bonne isolation au chanvre et confient au bouilleur d’âtre ainsi qu’aux deux serres installés côté sud de la maison la totalité du chauffage.

Pas question pour autant de se couper du monde. Les Baronnet ont conservé, machine à laver, ordinateurs, téléviseurs et box internet tous équipés d’un interrupteur pour ne jamais les laisser en veille ! Pour leur fournir le peu d’énergie électrique dont ils ont besoin, la famille peut aussi compter sur le vent, grâce une éolienne vent faible et le soleil avec six panneaux photopiles (6m2).

Conclusion : pour transformer leur petit nid en maison confortable et autonome, pour changer la société sur leur palier, Patrick et Brigitte ont investi 14.000€ pour la vie ! Soit le prix d’une voiture neuve. Ca ferait pas un peu réfléchir ?

 

Le Zome, autre bâtiment écolo pour l'accueil du public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s