La Méditation est l’Art majeur de l’Être humain

1380820_599196153460530_940984492_n

.

.

.

La Méditation est l’Art majeur de l’Etre humain.
 » Jiddu Krishnamurti « 

De la Méditation nait la Sagesse.
 » Bouddha « 

Méditer et vous comprendrez..!!
 » Proverbe Oriental « 

La Floraison de l’Amour est Méditation.
 » Jiddu Krishnamurti « 

La Méditation nous permet d’entrer en relation
Avec plus large que Soi.
 » Anonyme « 

Sans Méditation , on est comme aveugle
Dans un Monde d’une grande Beauté ,
Plein de Lumière et de Couleurs.
 » Jiddu Krishnamurti « 

Il n’est pas nécessaire
De Méditer au nom
De Jésus ,
Bouddha
Ou de qui que ce soit.
Il suffit de Méditer
Tout simplement
Méditer.
 » Yehudi Menuhin « 

.

*Source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=3003807992481&set=a.1077432874307.10817.1780809449&type=3&theater

.

.

.

DreamKeeper

071230103951181071559434

.

 » Old pete Chasing Horse est le « conteur » de la réserve Sioux de Pine Ridge. Il a presque 100 ans et c’est son devoir de transmettre les légendes de son peuple pour que celles-ci perdurent. Shane, son petit-fils de 17 ans, part avec lui pour le Pow Wow au nouveau Mexique, espérant ainsi échapper à un gang à qui il doit de l’argent. Au fil du chemin, il va profiter de la sagesse des histoires de son grand-père…  »
.

.

Alyna Rouelle – Se nourrir de Lumière

alyna4-compressor

.

 » Depuis plusieurs années je suis fascinée par un sujet aussi vaste que pointu, précis,intime… : se nourrir de Lumière.

Depuis quelques mois désormais c’est ainsi que je me nourris, en ne faisant plus qu’Un avec la Lumière Divine qui vit en, et autour de chacun de nous et de tout ce qui est. C’est une Joie immense, illimité et éternelle que de transmettre le fruit de cette expérience unique, magique et magnifique. « 

Alyna Rouelle

.

.

 

.

.

 

La Terre appartient à tous, c’est-à-dire à personne

.

.

.10369141_789069977806479_2703115218417150534_n

.

 » Le malheur de l’homme date du jour où il accepta de croire que son voisin avait le droit de se déclarer l’unique propriétaire du terrain qu’il avait enclos -alors qu’il appartient à tous, c’est-à-dire à personne… « 

.

La Belle Verte

laBelleVerte

.

 » Quelque part dans l’univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d’entre eux partent en excursion sur d’autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire. Et c’est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris. »

.

Pour voir le film en entier cliquez ici : http://www.disclose.tv/action/viewvideo/157826/La_Belle_Verte__The_Green_Beautiful_English_Subtitles/

Être sans avoir

ob_2b8c7b_capture-06082014-130235

.

 » Comment peut-on vivre pauvre et heureux aujourd’hui ? A 57 ans, Jean-Paul n’a qu’un seul regret, c’est d’avoir travaillé 2 ans dans sa vie, « 2 ans de trop, depuis je n’y suis jamais retourné » !  »

.

Ne vivons plus comme des esclaves !

Affiche_actualise_e_janvier_2014_Ne_vivons_plus_comme_des_esclaves_

.

 » Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec). Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée.  »

.

http://nevivonspluscommedesesclaves.net/spip.php?rubrique24

.

Terres Indiennes

.

;3453270006956FS

 » Pour certains d’entre nous, l’histoire des Indiens d’Amérique du Nord se résume encore aux westerns de notre enfance, où de féroces guerriers sans merci s’en prenaient aux gentils colons européens venus s’installer paisiblement dans ce territoire « presque vierge ».

La série documentaire en cinq épisodes Terres Indiennes, proposée par Arte, est justement l’occasion de revenir à l’origine de la rencontre puis de la confrontation entre les tribus indiennes et les colons anglais, à leur arrivée sur le Mayflower. Une vision bouleversante et nouvelle, produite et diffusée outre-Atlantique, qui s’étend du XVIIe siècle aux années 1970, et retrace les combats et le long calvaire des Natives Americans tout au long de la colonisation de leur terre par des étrangers souvent brutaux et sans scrupules. Quelques rares reconstitutions, beaucoup de paysages magnifiques avec un commentaire intéressant et mesuré accompagnent ainsi les cinq épisodes de la série, avec la volonté de ne pas tomber dans le piège du réalisme, préférant laisser l’imagination du spectateur revivre des scènes présentées comme des esquisses, en contrepoint de nombreux entretiens avec des historiens blancs et indiens.

Des histoires poignantes, portées par des individus remarquables, qui font prendre conscience que les États-Unis d’aujourd’hui ont aussi été façonnés dans la négation de leurs premiers occupants, détruisant au passage une civilisation remarquable, en symbiose avec son environnement. Si la mort d’un sage est une bibliothèque qui brûle, alors les colons ont embrasé l’une des rares encyclopédies naturelles de notre temps. Triste constat, au moment où nous nous interrogeons sur l’avenir de notre relation avec notre planète. « 

Épisode 1 : « Au temps du Mayflower »

 » De l’arrivée des premiers colons anglais, qui seraient sans doute morts sans l’aide du grand sachem Massasoit, jusqu’à la mort de son fils Philippe, vaincu par les Blancs après avoir unifié les tribus voisines pour s’opposer à l’annexion de leur terre par les colons. « 
 

Épisode 2 : « La vision de Tecumseh »

 » Au printemps de 1805, Tenskawata, un jeune Indien de la tribu de Shawnees, a une vision : le Maître de la vie lui révèle que les Indiens se sont fourvoyés en adoptant la culture des Blancs. Porté par la ferveur de son peuple, son frère Tecumseh s’efforce, de son côté, de créer une fédération militaire et politique des tribus indiennes (souvent ennemies à l’origine), de façon à endiguer l’expansion des colons vers l’Ouest. La guerre est inévitable… « 

Épisode 3 : « La piste des larmes »

 » Le réalisateur, Mark Zwonitzer, s’est attaché à décrire l’acharnement et la résistance de la nation Cherokee dans la première moitié du XIXe siècle. Cette tribu s’est opposée par tous les moyens à l’expulsion de leurs terres du Sud-Ouest, y compris en défendant leur cause devant la Cour suprême des États-Unis. « 

Épisode 4 : « Geronimo »

 » Né en 1829, guerrier et chamane, Geronimo appartenait à la tribu des Chiricahuas, régulièrement déplacée pour laisser sa place au Blanc. Maintes fois capturé puis évadé, Geronimo a mené une vie de combat incessant contre l’envahisseur, parfois contre l’avis du peuple apache qui préférait pactiser avec les Blancs. Geronimo finira par se rendre avec une poignée de fidèles en 1886. Il aura été le dernier grand guerrier indien à s’opposer par les armes au gouvernement des États-Unis. « 

 

Episode 5 : « Wounded Knee »

 » Ce dernier épisode déroule les événements de la prise d’otages et du siège de Wounded Knee en 1973. Des dizaines de Lakota, de la réserve de Pine Ridge, rejoints par les militants de l’AIM (Américan Indian Movement) et par des Indiens de diverses tribus venus d’autres États, occupent la bourgade – site symbolique du dernier massacre d’Indiens par les troupes américaines à peine un siècle plus tôt – dans le but de lutter conte la misère économique, le racisme et la gestion désastreuse de la réserve par Dik Wilson, chef du gouvernement tribal. Un siège de soixante et onze jours, suivi par les médias, malheureusement un peu éclipsé par le scandale du Watergate, qui permettra pourtant aux Indiens de rentrer, enfin, dans la vie politique du pays et une revitalisation de leur culture. « 

Source : http://www.evmag.fr/site.php?page=voir55